Search in:

GLOSSAIRE

GlossaireNeuropsychologique


A

 

Amusie congénitale: maladie rare empêchant d’entendre la musique au sens cognitif du terme, qui se traduit par une incapacité à reconnaître et produire une mélodie ou de chanter juste. Elle touche 5 à 15 % de la population. Les difficultés ou incapacités sont essentiellement dans la détection de variations de hauteur dans des mélodies de base, de fausses notes. Cette atteinte neurologique ne semble que la perception musicale puisque les personnes qui en sont atteintes possède une perception verbale et une prosodie « normale ». Des études en imagerie cérébrale ont permis d’observer que les personnes amusiques présentent une diminution de matière blanche au niveau du gyrus inférieur frontal droit comparativement à des personnes contrôles.

Attention: Prise de possession par l’esprit, sous une forme vive et claire, d’un objet ou d’une suite de pensées parmi plusieurs qui semblent possibles, nécessitant le retrait de certaines informations afin de traiter plus efficacement les autres. Processus qui implique une sélection des informations à traiter, les informations que nous percevons étant trop nombreuses et la capacité attentionnelle est limitée. ex: attention sélective, attention divisée ou partagée, attention soutenue ou vigilance

Amygdales cérébrales ou complexe amygdalien ou noyaux amygdaliens: noyau paire situé dans la région antéro – interne du lobe temporal, en avant de l’hippocampe et sous le cortex péri-amygdalien. Elle fait partie du système limbique et est impliquée dans la reconnaissance et l’évaluation de la valence émotionnelle des stimuli sensoriels, dans l’apprentissage associatif, et dans les réponses comportementales et végétatives associée en particulier à la peur et à l’anxiété. Elle est aussi impliquée dans la détection du plaisir.

C

 

Cognition : Le terme cognitif renvoie à l’ensemble des processus psychiques liés à l’esprit. Ainsi le langage, la mémoire, le raisonnement, la coordination des mouvements (praxies), les reconnaissances (gnosies), les fonctions exécutives regroupant le raisonnement, le jugement, la planification, l’organisation et les fonctions de perception sont des fonctions cognitives. Ce sont des fonctions orchestrées par le cerveau. Elle est généralement différenciée de l’émotion, de la motivation et de l’action.

(Remarque personnelle) Positionnement théorique auquel les articles que je rédige ne s’associent pas, puisqu’à mon sens, la cognition englobe l’ensemble des processus produits par le sujet humain. Elle résulte d’un équilibre entre les différentes composantes (émotionnelle, motivationnelle, raisonnement) qui s’entremêlent et aboutit à des comportements donnés dans des situations et des contextes précis, en fonction de la composante dominante. (Exemple : le choix d’aller manger dans un restaurant plutôt qu’un autre. Je choisis en fonction de mes expériences antérieures (mémoire) liées à ce restaurant, en fonction de mes préférences culinaires (perception gustatives), en fonction du rapport qualité prix (raisonnement), en fonction des moments agréables que j’y ai passé avec mes amis (émotion). Il est fort probable qu’au regard de ma personnalité, les aspects perceptifs et émotionnels soient des éléments déterminants me permettant d’aboutir à un choix, quel qu’il soit. Même si je considérerai le rapport qualité prix, je m’attarderai d’avantage (pas forcément consciemment) sur la qualité du service et l’agréabilité (néologisme) des plats et l’association affective des amis qui auront partagé avec moi des repas dans ce restaurant.

Communication: conduite psychosociale visant à transmettre une information par l’emploi du langage, des gestes, des mimiques ou des attitudes. Pour qu’une information soit transmise, il est nécessaire que les deux termes de la communication aient un code commun et une intention de communication. La communication implique un émetteur et un récepteur et un canal qui permettra le passage de l’information de l’émetteur au récepteur.

Communiquer: entrer en communication avec l’extérieur

Conclusions internes (« interne » renvoyant aux résultats obtenus grâce à l’analyse statistique des données d’un échantillon spécifique et non à la généralisation des résultats à l’ensemble de la population): conclusions que le chercheur tire de ses analyses statistiques de ses propres données.

Conclusion peu fiable: Validité interne faible

Conclusion très fiable: validité interne élevée

E

 

Empathie: sentiment de partage et de compréhension affective témoignant des processus intersubjectifs propre à l’espèce humaine et qui se traduit par la capacité à se mettre à la place d’autrui pour ressentir son état subjectif. Émotion spécifique, attitude conduisant à des comportements altruistes. Etat mental complexe impliquant différents mécanismes cognitifs tels que des processus perceptif, motivationnel, mnésique.

Étiologie: étude de ce qui est à l’origine d’une maladie, de ses causes.

F

 

Fonctions cognitives : fonctions intellectuelles qui se divisent en 4 classes : 1- les fonctions réceptives permettant l’acquisition, le traitement, la classification et l’intégration de l’information, -2 la mémoire et l’apprentissage permettant le stockage et le rappel de l’information ; 3- la pensée ou le raisonnement permettant l’organisation et la réorganisation mentale de l’information ; 4- les fonctions expressives permettant la communication ou l’action.

L

 

Langage : faculté, capacité et système. Faculté humaine permettant aux individus d’exprimer leur pensée et de les communiquer via un système de signes conventionnels vocaux et/ou graphique constituant une langue. Fonction complexe qui n’est pas unitaire, impliquant d’autres fonctions cognitives (perception, mémoire, attention), qui s’inscrit dans des réseaux cérébraux fonctionnels interconnectés parallèles et distribués. Faculté à deux versants (expression et compréhension), deux modalités (orale et écrit), et différents niveaux de traitement (phonologique, sémantique, syntaxique, lexical).

M

 

Motivation : ensemble des causes, conscientes ou inconscientes qui sont à l’origine du comportement individuel.

Motivation intrinsèque: ensemble de causes liées au plaisir procuré par l’action en elle-même, sans attendre de récompense ni  éviter un sentiment de culpabilité. La motivation intrinsèque peut émaner d’une curiosité, de l’autodétermination, d’un sentiment de compétence.

Motivation extrinsèque: intention du sujet d’obtenir une récompense extérieure à l’activité effectuée (ex: bonne note, une promotion salariale).

 N

Neurones miroirs: Découverts par Rizolatti et son équipe de chercheurs en 1996 sur un groupe de macaques, les neurones miroirs sont des neurones situés dans la zone F5 du cortex pré-moteur qui s’activent, non seulement lorsqu’un individu exécute un mouvement ou une action mais aussi lorsqu’il regarde un congénère exécuter la même action (Simon De Keukelaere, 2005). L’existence de ces neurones a été par la suite confirmée chez les humains (Rizolatti, 2008). Ainsi, la découverte de l’existence de ces neurones est la preuve du lien direct entre action et observation. L’importance de cette découverte est fondamentale notamment dans la compréhension du mimétisme et de l’imitation chez l’enfant, et dans le secteur de la rééducation et de la réadaptation fonctionnelle dans les cas de traumatismes crâniens, d’accidents vasculaires cérébraux et dans les cas de maladies neurodégénératives.

P

 

Plasticité cérébral : phénomène par lequel notre cerveau modifie son architecture et ses connexions neuronales suite à des stimulations intensives spécifiques. Même si ce phénomène est présent chez chacun d’entre nous, elle est néanmoins plus significative chez les jeunes enfants et chez les personnes ayant subit des dommages cérébraux.

Perception: ensemble des mécanismes de traitement des informations sensorielles extéroceptives et proprioceptives permettant à un organisme vivant d’acquérir des connaissances sur son environnement et sur son activité propre, d’y agir en contrôlant ses actions de manière à assurer sa survie et son adaptation à cet environnement.

S

 

Stimulation exogène: stimulation extérieure

Stimulation endogène: stimulation intérieure.

Symptômes: manifestations, signes d’une maladie permettant la pose un diagnostic.

V

Validité écologique: la validité écologique revient au fait de généraliser les résultats observés dans une étude sur la population de cette étude à l’ensemble de la population étudiée. Ce qui implique que les conditions de passation doivent être au plus proche de la réalité, du milieu de vie de la population étudiée. Si le chercheur réussit à reproduire les conditions de vie des individus étudiés, la validité écologique sera alors grande.

Validité interne: Indicateur permettant au chercheur d’évaluer la fiabilité ou la certitude de ses conclusions

Validité élevée : Validité interne élevée

Validité faible : validité interne basse

 

 

 

Voir le profil de baya sebiane sur LinkedIn

Auteur: Baya Sebiane

Date de création: 18 août 2013

Date de modification: 20 août 2014

copyrightfrance-logo17